Dans la Bible la bonté et la bienveillance sont parfois, voire souvent, synonymes, et selon certaines versions, interchangeables.

La bienveillance est l’absence de défaut ou d’imperfection et donc la présence d’une nature totalement saine. Jésus a dit que Dieu seul est bon. Quand on a appelé Jésus « bon Maître », il a réagit en disant :

Pourquoi m’appelles-tu bon ? Personne n’est bon, si ce n’est Dieu seul » Marc 10.18.

Jésus ne niait pas sa divinité, mais il voulait que l’homme réfléchisse à ce qu’il disait.

Le mot « bienveillance » est la traduction d’un mot grec Agathosune, un mot rare qui allie à la fois le fait d’être bon et celui de faire le bien. Il exprime la bienveillance manifestée, une vertu disposée à l’action, une tendance naturelle à faire le bien, qui produit la générosité.

La bienveillance dans le langage des Ecritures signifie littéralement « être comme Dieu » parce que Lui seul est parfaitement bienveillant.

La bienveillance est l’amour en action. Elle porte en elle non seulement l’idée de la justice imputée mais de la justice manifestée dans la vie de tous les jours par le Saint-Esprit.

C’est faire le bien de bon cœur, pour plaire à Dieu, sans attendre une récompense.

Christ veut que cette sorte de bienveillance se manifeste dans la façon de vivre de chaque chrétien.

La bienveillance décrit un caractère moral et éthique.

L’apôtre Paul a loué l’église de Rome en disant :

Pour ce qui vous concerne, mes frères, je suis moi-même persuadé que vous êtes pleins de bonnes dispositions, de toute connaissance, et capables de vous exhorter les uns les autres. » Romains 15.14

Lorsqu’il a enseigné à Ephèse il leur à dit :

Autrefois vous étiez ténèbres, mais maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur . Marchez comme des enfants de lumière ; car le fruit de la lumière consiste en toutes sortes de bonté, de bienveillance, de justice et de vérité. Ephésiens 5. 8 :9

Il écrit encore aux croyants de Thessalonique :

C’est pourquoi nous prions continuellement pour vous, afin que notre Dieu vous rende dignes de son appel et qu’il accomplisse en vous, avec puissance, tous les desseins bienveillants de sa bonté et l’œuvre de votre foi ; en sorte que le nom de notre Seigneur Jésus soit glorifié en vous, et vous en lui, selon la grâce de notre Dieu et Seigneur Jésus-Christ . 2 Thessaloniciens 1 :11et 12.

Etre bienveillant envers les autres

Etre bienveillant ce n’est pas seulement ce que l’on dit mais ce que l’on fait. Posséder cette qualité c’est être généreux par nature.

Lorsque le Saint-Esprit m’incite à agir envers les autres dans une situation délicate, je me pose la question : Que ferait le Seigneur dans ce cas là ?

Et certainement, cela vous est arrivé également.

Alors nous pouvons agir avec bienveillance.

Bien que les expériences bonnes ou mauvaises influencent notre comportement, dans un sens comme dans l’autre, la Bible enseigne que chacun est responsable de ses actes.

Les Ecritures sont également claires sur le fait que les gens ne sont pas forcément bons.

Chacune est née avec une nature pécheresse et une tendance innée à faire le mal. Nous sommes nées dans le péché, ayant hérité d’Adam et Eve une nature indisciplinée.

David a dit : Voici je suis né dans l’iniquité, et ma mère m’a conçu dans le péché, mais tu veux que la vérité soit au fond du cœur. Fais donc pénétrer la sagesse au dedans de moi. Psaumes 51.7 et 8

Ainsi nous voyons que la tendance à faire ce qui est mal, ou à pécher, est dans chaque être humain, comme l’apôtre Paul, inspiré par le Saint-Esprit, l’écrit :

Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. Romains 3 .23

Sans avoir souffert de mauvaises relations et d’expériences traumatisantes, vécues dans l’enfance, les gens sont naturellement portés vers le péché, la rébellion, la désobéissance, l’égoïsme, la cupidité, l’impureté, etc.

La nature de l’enfant et de l’ado

Nous pouvons constater chez l’enfant dès son jeune âge, une inclination naturelle au mal. Nous n’avons pas besoin de le leur apprendre, c’est l’expression de la nature humaine , c’est une réalité évidente. Comment peut-on expliquer autrement la mentalité querelleuse et perverse du monde ? Toutes ces guerres sanglantes qui sont au cœur de notre histoire depuis des millénaires ? Des gens de toute race et de toute croyance qui, partout sur la planète, ne cessent de violer, de piller, de brûler, de détruire et de tuer enfants, hommes, femmes, des innocents la plupart du temps. Lorsqu’il y a un semblant de cesser le feu, il y a un semblant de paix avant de recharger de plus belle. Platon a dit :« Ce ne sont que les morts qui ont vu la fin de la guerre ».

Nous constatons aussi une augmentation déprimante d’assassinats, d’abus de drogue, d’attentats à la pudeur, de prostitution d’adultes d’homosexualité et de malhonnêtetés, malheureusement dans certains pays de jeunes enfants sont victimes de ces pratiques abominables.

Des ados en mal de vivre ne trouvent pas leur place dans notre société, c’est la déprime et chez certains jeunes cela se traduit par la violence, des agressions et des destruction de toutes sortes. Et puis nous constatons une montée alarmante du taux des suicides parmi les tous jeunes ados. D’autres sombrent dans l’anorexie, une forme d’autodestruction, qui se voit surtout chez les toutes jeunes filles.

Nous avons des amis à qui nous avons téléphoné dans l’intention de leur rendre visite prochainement,. Le père nous annonce que sa gamine de 15 ans (Que j’ai gardée jusque ses trois ans) est hospitalisée, en chambre isolée, droit de visite de ses parents une fois par semaine seulement, elle fait de l’anorexie ! Cela à été du chagrin pour nous d’apprendre cette nouvelle, ils ne sont pas croyants mais nous leur avons quand même dit que nous allions prier pour elle, et ce matin nous lui avons téléphoné. Elle a pleuré et en même temps elle était surprise et heureuse d’entendre notre voix. Nous lui avons demandé si elle croyait en Dieu. Elle nous a répondu « oui » et nous lui avons dit que nous prions pour elle. Sa voix était déjà plus claire !

Prions pour nos jeunes et soyons bienveillants à leur égard.

Comment peut-on expliquer ce mal envahissant, alors que devant tant de souffrance les gens devraient être enclin à faire le bien ? Quel bel exemple ce serait pour nos enfants, nos ados, une société dans laquelle régneraient la bonté et la bienveillance, dans laquelle naitraient nos enfants. Mais devant la méchanceté des adultes qui s’exprime sous leurs yeux, quel repaire peuvent -ils avoir ?

Aucune société ne reflète l’harmonie à laquelle on pourrait s’attendre si on veut accorder quelque crédit a la théorie de la bienveillance naturelle. C’est un constat alarmant pour l’avenir de nos enfants et petits enfants !

La solution pour nous chrétiennes

Nous sommes revêtues d’une nouvelle nature, dés l’instant où nous avons donné notre vie à Dieu.

Nous ne sommes pas sauvées pas parce que nous sommes bonnes, mais à cause de l’infinie miséricorde de Dieu et de sa bienveillance.

Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions pécheurs, Christ est mort pour nous. Romains 5. 8.

Lorsque nous devenons enfants de Dieu, notre nature change. Avant d’être chrétiennes nous ne pouvions pas avoir une communion avec le Seigneur. Nous vivions dans les ténèbres, loin de Lui. Or Dieu est saint, juste et bienveillant. Quand nous avons été saisies par le Saint Esprit, Il a illuminé les yeux de notre cœur, nous avons été réconciliées avec Lui , nous sommes devenues de nouvelles créatures. 2 Corinthiens 5.17 et 18

Avant nous vivions dans le péché, nous étions liées par lui, il était notre maître. Cela nous était impossible de faire quoi que ce soit pour purifier notre cœur et nous libérer du fardeau de notre passé.

Lorsque nous abandonnons notre vie à Christ et que nous lui demandons pardon Il efface nos transgressions et nous entrons dans une vie nouvelle.

Les choses anciennes sont passées toutes choses sont devenues nouvelles. 2 Corinthiens 5. 17

Après notre nouvelle naissance, Christ vient habiter en nous par le Saint-Esprit, Il fait partie de notre vie et grâce a cela, il nous aide à faire le bien.

Car c’est Dieu qui opère en nous le savoir et le faire selon son dessein bienveillant Philippiens .2 .13

La bienveillance est une vertu de Dieu

La bienveillance est une grâce de Dieu, un fruit de son Esprit. Même étant chrétiennes nous ne sommes pas sans faillir et tant que nous serons dans notre corps terrestre nous soupirerons après la perfection. Alors il nous faut chaque jour accepter de mourir à notre nature pécheresse pour marcher davantage dans l’Esprit, allant et de progrès en progrès

Ce n’est pas que j’aie remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection ; mais je cours pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus-Christ. Philippiens ; 3. 12

Maintenant que nous appartenons à Christ , le Saint –Esprit, qui vit en nous, nous aide à contrôler notre nature qui est si souvent faible et sollicitée par les ruses du malin. Voici une vérité importante que nous devons toutes bien comprendre.

Que le Seigneur Jésus-Christ nous remplisse de cette vertu de bienveillance et que nous soyons à l’écoute des autres, disponibles pour les aider, dans l’intercession, les porter jusqu’au trône de la grâce divine.

Laissez un commentaire